wallonie

Avec le soutien de la région wallonne

LES AMIS DES SERRES
ET DU JARDIN BOTANIQUE
DE LIEGE ASBL

Notre page Facebook

DGO3
ACCUEIL
HISTORIQUE
AGENDA
ACCES
INFO
VISITEURS
ARCHIVES
LIENS

serres

"A chilled State of Mind"
film de Lisa Lince




I. Introduction
II. L’université de Liège et son (ses) jardin(s) botanique(s)
II.1. Un jardin place Cockerill...

II.2. Le transfert du premier jardin botanique de l’Université sur le site du Bas-Laveu
II.2.1. Le transfert du jardin et des serres

II. 2.2. La saga du transfert des instituts
II.2.3. La deuxième grande phase de travaux au jardin botanique
-Le jardin

-L’institut de botanique
-L’ensemble du complexe est inauguré en 1883...
L’institut de pharmacie
II. 3. Heur et malheur des serres
II. 3. Le transfert du jardin botanique de l’Université vers le Sart Tilman et ses conséquences
-Le parc
-Les instituts de botanique et de pharmacie
-Les serres

II. 4. Le départ (presque) définitif de l’Université de Liège
III. Conclusion... toute provisoire
IV. Remerciements
V. Bibliographie




HISTOIRE ANCIENNE ET RECENTE DU JARDIN BOTANIQUE DE LIEGE


par Marie de SELLIERS de MORANVILLE
Licenciée en histoire de l’art et archéologie de l’ère moderne
et Philippe DESTINAY Licencié en sciences botaniques

Le parc

C’est le 12 juillet 1961 que l’Université prend la décision de transférer les cultures du jardin botanique vers le Sart Tilman où allait se construire la nouvelle Université.

Le jardin botanique allait pouvoir occuper les surfaces nécessaires à son expansion celle-ci étant bloquée sur le site urbain.

Les premiers travaux commencèrent durant l’hiver 1968-1969. Le site retenu par ses créateurs et l’architecte Claude Strebelle était situé sur la rive droite du vallon du Blanc Gravier, un peu à l’ouest du château de Colonster, sur un replat incisé en son milieu par la partie supérieure du ruisseau du Parson.

En 1975, l’installation des collections de plantes ligneuses est en partie réalisée: 304 conifères (représentant 79 espèces), 455 feuillus (170 espèces), 666 arbustes (242 espèces); 1416 pieds (401 espèces) attendent en pépinière d’être replantés en temps utile.

Le contrôle de l’identification et l’étiquetage sont en cours d’exécution. Etait également prévue la construction de rocailles destinées à des collections de ptéridophytes, de plantes alpines, etc.

A l’exception de la collection de plantes médicinales située à côté des serres basses, le transfert en pépinière des espèces herbacées de pleine terre est terminé.

Nous nous étendrons pas sur le sort de ce nouveau jardin. Faute notamment de moyens financiers et à des réductions drastiques progressives du personnel, il ne fut jamais entièrement réalisé selon les plans initiaux.

Pire, après le départ à la retraite, en 2001, de Jacques Lambinon, Professeur de Botanique systématique et de Phytogéographie, la décision est prise de le supprimer.

Les collections (restantes ?) sont alors transférées dans le périmètre occupé par l’Observatoire du monde des plantes installé boulevard de Colonster, près de la ferme des vétérinaires (*)

Ce transfert eut évidemment une conséquence importante. Comme il avait été convenu en 1838, la Ville de Liège prit possession de l’ancien jardin qui devint alors un parc public de quelque 3 hectares.

Depuis 1970, le parc est donc entretenu par le Service des plantations de la Ville, hormis une petite plaine de jeux gérée par le Service des plaines de jeux de la Ville.

Ce changement de statut se matérialisa notamment par la suppression des grilles qui ceinturaient le parc. Funeste décision sans doute - bien que défendue ardemment par certains - dans la mesure où, de nos jours, force est de constater que le parc est victime d’un vandalisme récurrent.

Pour combattre ce vandalisme, aider au petit entretien et mieux informer les personnes fréquentant le parc, la Ville a pris l’initiative d’organiser, en 2003, une formation de « gardiens sites », formation agréée par le Fonds social européen en juin 2002.

Il est prévu que ces personnes soient engagées en septembre 2005 sous le statut d’agents de prévention et de sécurité.

--------------------------------

* L’Observatoire du monde des plantes - en fait un complexe de serres - a été construit à l’initiative de l’Administrateur de l’Université de Liège, M. René Grosjean, dans le cadre d’un projet de développement touristique soutenu par le FEDER.

Il a été inauguré en mars 1996. Un certain nombre de plantes entreposée rue Fusch, dont la remarquable collection de cactacées et plantes grasses léguée à l’Université de Liège par le cactéiste Jean Doinet (1905 - 1976), y ont été transférées.

Le parc a conservé la collection d’arbres de l’Université, collection considérée par les spécialistes comme l’une des plus remarquables de Belgique. La Société belge de dendrologie y a relevé une quinzaine de « champions » plantés entre 1841 et 1854 lors de la création du jardin.

Un tel héritage nécessite évidemment d’être entretenu avec soin. Le parc est donc inscrit dans le programme d’investissement 2002-2006 de restauration et de rénovation des infrastructures de parcs publics par l’Echevinat de l’Environnement (8° Département - Espacespublics/plantations).

Les travaux (notamment la rénovation de l’étang , des allées et chemins, entretien de la collection d’arbres, la remise en place de grilles (?), etc.) qui peuvent faire l’objet d’une subsidiation à concurrence de 60% par la Région Wallonne (DGRNE - Service des espaces verts), s’inscrivent dans le plan de gestion autorisé, le 8 septembre 1998, par la Région Wallonne (permis d’urbanisme).

Nous soulignerons évidemment au passage le classement, comme site, du jardin en 1975 (Arrêté royal du 26 mai 1975). Une incontestable reconnaissance par les Pouvoirs Publics de la valeur de ce patrimoine vert...

<----- ----->

Pour tout renseignement supplémentaire : Philippe DESTINAY 0497 31 70 20 phdestinay@yahoo.fr

Cotisation membre : 15 Euros par an sur le compte BE10 3400 3577 0204



ANNONCE


Prof, élève,
emmène ta classe découvrir
comment poussent
les bananes,
la vanille, le café,
le thé, le riz, le coton,
la cannelle et
encore bien d'autres plantes
qui ont un lien avec ton quotidien...
ou qui sont curieuses
comme les plantes succulentes et les cactus,
les plantes carnivores, épiphytes, myrmécophiles,...


Contact:
Fred Dequinze
frederic.dequinze@gmail.com
0476 91 48 68




Les plantes toxiques

Autant savoir :
Nous côtoyons tous les jours des plantes toxiques.

Elles peuvent provoquer des irritations, des brûlures,
des troubles respiratoires,
digestifs, voire la mort !

Apprenons à les (re)connaître...

En savoir plus