wallonie

Avec le soutien de la région wallonne

LES AMIS DES SERRES
ET DU JARDIN BOTANIQUE
DE LIEGE ASBL

Notre page Facebook

DGO3
ACCUEIL
HISTORIQUE
AGENDA
ACCES
INFO
VISITEURS
ARCHIVES
LIENS

serres

"A chilled State of Mind"
film de Lisa Lince




I. Introduction
II. L’université de Liège et son (ses) jardin(s) botanique(s)
II.1. Un jardin place Cockerill...

II.2. Le transfert du premier jardin botanique de l’Université sur le site du Bas-Laveu
II.2.1. Le transfert du jardin et des serres

II. 2.2. La saga du transfert des instituts
II.2.3. La deuxième grande phase de travaux au jardin botanique
-Le jardin

-L’institut de botanique
-L’ensemble du complexe est inauguré en 1883...
L’institut de pharmacie
II. 3. Heur et malheur des serres
II. 3. Le transfert du jardin botanique de l’Université vers le Sart Tilman et ses conséquences
-Le parc

-Les instituts de botanique et de pharmacie
-Les serres

II. 4. Le départ (presque) définitif de l’Université de Liège
III. Conclusion... toute provisoire
IV. Remerciements
V. Bibliographie




HISTOIRE ANCIENNE ET RECENTE DU JARDIN BOTANIQUE DE LIEGE


par Marie de SELLIERS de MORANVILLE
Licenciée en histoire de l’art et archéologie de l’ère moderne
et Philippe DESTINAY Licencié en sciences botaniques

I. Introduction

Au fil des siècles, les communautés religieuses installées à Liège, les Princes-Evêques, la Ville elle-même ont aménagé de nombreux jardins ornementaux et/ou utilitaires (potagers, jardins de plantes condimentaires, médicinales,...).

Bien que nous disposions de peu de renseignements à leur sujet - il y a matière à recherche... avis aux amateurs !- , peut-on dire qu’il s’agissait de jardins botaniques ?

Si l’on se réfère aux différentes missions que doit remplir un jardin botanique à l’heure actuelle, à savoir être un outil pour la recherche scientifique et l’enseignement de la botanique, jouer un rôle de conservatoire de certaines espèces végétales sans compter les aspects didactique, culturel voire touristique, la réponse est sans doute négative. Ceci n’enlève toutefois rien à l’intérêt de ces jardins, publics ou non, ni à la renommée de nos ancêtres en matière d’horticulture.

En prévision de la création d’un jardin botanique proprement dit, le Conseil de la Cité concéda d’ailleurs, en 1770, à Jean-Nicolas Demeste, chirurgien-major de la Citadelle, un terrain situé sur les coteaux de ladite Citadelle, au-dessus de la porte Vivegnis jusqu’à l’entrée des Six Cents degrés.

La collection de végétaux que Demeste y accumula était très réputée, même à l’étranger. Ce jardin fut malheureusement détruit lors de la révolution française.

Les autorités de l’époque songèrent alors à faire revivre à Liège un jardin botanique.

Elles y étaient d’autant plus disposées que la loi du 3 brumaire an III (28 octobre 1795) qui organisait des « écoles centrales » dans chaque chef-lieu de département, stipulait qu’à chacune de ces écoles, fût annexé un jardin botanique.

Différents projets furent élaborés: dans les serres du château du Prince-Evêque à Seraing, dans celles du monastère Saint-Laurent, dans le jardin du couvent des Prémontrés choisi pour devenir le siège de l’« école centrale de Liège », etc.

Aucun de ces projets n’aboutit, notamment pour des raisons financières. On reparlera ultérieurement de ce qui fut et est toujours le « nerf de la guerre » à savoir l’argent !

<----- ----->

Pour tout renseignement supplémentaire : Philippe DESTINAY 0497 31 70 20 phdestinay@yahoo.fr

Cotisation membre : 15 Euros par an sur le compte BE10 3400 3577 0204



ANNONCE


Prof, élève,
emmène ta classe découvrir
comment poussent
les bananes,
la vanille, le café,
le thé, le riz, le coton,
la cannelle et
encore bien d'autres plantes
qui ont un lien avec ton quotidien...
ou qui sont curieuses
comme les plantes succulentes et les cactus,
les plantes carnivores, épiphytes, myrmécophiles,...


Contact:
Fred Dequinze
frederic.dequinze@gmail.com
0476 91 48 68




Les plantes toxiques

Autant savoir :
Nous côtoyons tous les jours des plantes toxiques.

Elles peuvent provoquer des irritations, des brûlures,
des troubles respiratoires,
digestifs, voire la mort !

Apprenons à les (re)connaître...

En savoir plus