COMITE DE DEFENSE DES SERRES ET DU JARDIN BOTANIQUE DE LIEGE ASBL

HOME

HISTORIQUE

AGENDA

ACCES

INFO

CONTACT

ARCHIV.ES

LIENS

 

 

Phytotron, appareil à faire des climats


Un phytotron est un groupe de serres ou de chambres-laboratoires conditionnées dans lesquelles on peut établir et reproduire en tout temps des conditions de milieu absolument précises, les maintenir constantes automatiquement ou les faire varier suivant un régime et des temps déterminés à l'avance.

Pourquoi construire un phytotron?


      La population mondiale n'a cessé d'augmenter au cours des dernières décennies et la nourrir pose de plus en plus de problèmes.
Notre alimentation repose en majeure partie sur la production agricole or les terres cultivables ne sont pas extensibles, au contraire.
Un accroissement de la production ne peut donc être espéré que par une amélioration des rendements agricoles. Outre la sélection des plantes qui a déjà été beaucoup utilisée, une meilleure connaissance des besoins des plantes pourrait encore amener une augmentation appréciable de la production.


     Pour obtenir des résultats rapides et précis, des recherches expérimentales sont indispensables et, pour cela, il est nécessaire de pouvoir réaliser des expériences parfaitement reproductibles dans des conditions déterminées avec précision et modifiables à volonté.
Seul un phytotron pouvait répondre à de telles exigences.
La vie d'une plante, sa croissance et son développement, dépendent du milieu dans lequel elle vit, plus précisément des facteurs écologiques:


1.du sol: structure, composition chimique, teneur en eau, en sels minéraux, température, etc.;
2.de l'atmosphère: teneur en gaz carbonique, humidité de l'air, vitesse du vent, températures diurnes et nocturnes;
3.de la lumière: intensité de l'éclairement, sa durée quotidienne, sa composition spectrale (couleur);
4.de l'environnement: substrat microbiologique, autres organismes du voisinage, etc.


      Avant 1939, on avait déjà pu résoudre en grande partie les problèmes liés au sol; la mise au point de solutions nutritives avait même permis de cultiver des plantes sur un substrat artificiel dûment contrôlé.
Inspiré par le phytotron inauguré en 1949 à Pasadena (Californie) par le professeur F.Went, le Phytotron du Centre de Recherches des Hormones Végétales (IRSIA) mis en service à Liège, un an plus tard seulement, en novembre 1950, par le professeur Raymond Bouillenne apportait aux botanistes liégeois un outil de recherche indispensable à leurs travaux pour une meilleure connaissance de la physiologie des plantes, plus précisément de leurs besoins écologiques.
Cette installation permettait en effet de réguler automatiquement les principaux facteurs climatiques: température, humidité et lumière.
Grâce au Phytotron, les chercheurs liégeois vont pouvoir notamment comparer les effets de la lumière du jour à ceux de la lumière artificielle; cela les amènera à mettre au point, avec la collaboration des A.C.E.C. de Charleroi, un nouveau type de tubes fluorescents baptisé "PHYTOR I., C.R.H.Lg."(*) qui offre l'énorme avantage d'apporter aux plantes une lumière dont la composition spectrale (les différentes couleurs constitutives) se rapproche le plus des besoins de la photosynthèse. On devine aisément l'intérêt que ce type d'éclairage artificiel présente pour les horticulteurs de nos régions confrontés au déficit chronique de lumière de notre climat, ou désireux de hâter la croissance de leurs semis précoces; voire même de réaliser des cultures de serre en pleine saison d'hiver.


     L'utilisation de l'éclairage artificiel dans le phytotron va aussi permettre la mise en évidence de l'importance de la longueur du jour et de la nuit (photopériodisme) dans le développement des plantes, notamment leur mise à fleur que l'on pourra, chez certaines espèces, déclencher ou empêcher à volonté en modifiant les durées respectives de la nuit et du jour.


     Bref, le phytotron va permettre de faire un grand pas en avant dans la connaissance des mécanismes profonds de la vie végétale. Les résultats fournis seront d'une grande importance scientifique et aussi économique. En effet, par la détermination rapide et exacte des conditions qu'exige chaque espèce végétale pour germer, croître, fleurir et fructifier, ces recherches aboutiront à la mise au point de techniques pour obtenir chez les plantes cultivées une production optimale et déterminer une judicieuse localisation de leurs cultures.


     Le Phytotron inauguré rue Fusch en 1950, fut construit sur les ruines d'une des grandes rotondes vitrées du Jardin botanique de Liège détruite par une bombe volante en 1945; il fonctionna pendant trente ans à la grande satisfaction de ses utilisateurs.


      En 1981, il fut abandonné au profit de ses successeurs, plus modernes, installés en annexe au nouvel Institut de Botanique du Sart Tilman qui abritait déjà professeurs, chercheurs et étudiants, depuis une dizaine d'années.
Bibliographie:

BOUILLENNE R., BOUTLLENNE-WALRAND M., 1950. Le Phytotron de l'Université de Liège. Archives de l'Institut de Botanique de l'Université de Liège, vol.20. 1950.

BOUILLENNE R., FOUARGE M., 1953. Etude d'un nouveau type d'éclairage fluorescent pour la culture en serres. Bull. Horticole de Liège, tome VIII n° 3 mars 1953.

BOUILLENNE R., FOUARGE M., 1955. La lumière artificielle en horticulture. Les tubes "Phytor" adaptés à la croissance des végétaux. Report of the XlVth International Horticultural Congress, Netherlands, 1955

BOUILLENNE R., 1958. Phytotron, appareil à faire des climats, son utilité. Revue "Chaleur & Climats".

(*) C.R.H.Lg.= Centre de Recherche des Hormones Végétales (I.R.S.I.A.)

 


Philippe DESTINAY 0497. 31 70 20

Association sans but lucratif (n° d’entreprise: 447241858) Rue Fusch,3 à 4000 LIEGE

Tél: 04 250 95 80 Fax: 04 222 16 89 Banque:340-0357702-04

Courriel:jardin_botanique_liege@yahoo.fr

HOME

HISTORIQUE

EVENEMENTS

ACCES

INFO

CONTACT

ARCHIV.ES

LIENS